Publié par Alban Lagoutte le 3 janvier 2015 à 23h26

Lille sans vie

Actu

Floyd Ayité contre Steeve Elana (Icon Sport)

Lille sans vie

C'était un duel de formations convalescentes, et le Losc va nettement moins bien que le Sporting Club de Bastia. Samedi soir, en 32e de finale de la Coupe de France, les Dogues ont subi la loi corse (2-0) à Armand-Cesari, ne montrant aucune vertu défensive et seulement un manque criant de créativité offensive.

René Girard a du travail, et il le sait bien... Depuis l'entame de l'exercice en cours, le Losc vit des moments compliqués après avoir pourtant joué les premiers rôles au cours des premières journées de championnat. Mais c'est en qualité de formation en lutte pour le maintien (13e de Ligue 1 avec deux points d'avance sur le premier relégable), que les Lillois rendaient visite à Bastia ce samedi soir, en 32e de finale de la Coupe de France.

Et sur l'Île de Beauté, les champions de France 2011 n'ont pas existé, ne trouvant jamais les ressources pour faire oublier un début de rencontre catastrophique (2-0). La tâche était il est vrai complexe pour le successeur de Rudi Garcia, qui devait composer avant le coup d'envoi avec de nombreuses absences. En effet, en plus des blessés de longue date (Franck Béria, Marvin Martin, Rony Lopes, Jonathan Delaplace, Adama Soumaoro), Ronny Rodelin avait lui aussi été contraint de déclarer forfait.

Rozehnal-Elana, la bourde commune

Mais le champion de France 2012 avec Montpellier parvient à établir un onze de départ de qualité, avec notamment Divock Origi et Michael Frey aux avant-postes, David Rozehnal étant lui appelé à épauler Marko Basa en charnière devant Steeve Elana. Mais rapidement, l'ancien Parisien et l'ex-Brestois se mettent tristement en valeur. La passe en retrait trop molle du premier met le second dans l'embarras, et Floyd Ayité contre le dégagement du dernier rempart nordiste pour ouvrir le score (1-0, 5e).

La soirée commence mal, et l'ancien Bordelais remet le couvert vingt minutes plus tard, avec cette fois une réalisation pleine de sang-froid et de justesse technique (2-0, 25e). La messe est dite avant même la demi-heure de jeu, les Corses étant trop heureux de pouvoir profiter des largesses adverses pour s'offrir une troisième rencontre de rang sans défaite toutes compétitions confondues.

Pour les Dogues, rien ne va plus en revanche, et la suite de la rencontre ne permettra pas à Rio Mavuba et aux siens de se remettre en selle. Au final, l'embellie aperçue contre Toulouse mi-décembre en championnat (3-0) est déjà oubliée, et les Nordistes n'ont gagné qu'une fois au cours de leurs 17 dernières sorties toutes compétitions confondues. Désormais, ce sont deux matches à domicile qui attendent le Losc, contre Evian TG puis Caen en Ligue 1, deux concurrents directs dans la course au maintien, l'objectif vers lequel semblent devoir inexorablement se tourner Sébastien Corchia et ses partenaires.

Plus d'articles

Réagissez

En temps réel

RSS