Publié le 9 janvier 2013 à 00h05

France-Deschamps: "On nous voit même déjà qualifiés..."

Avant de retrouver son costume de sélectionneur de l'équipe de France à l'occasion d'un match amical de prestige face à l'Allemagne le 6 février prochain, Didier Deschamps a livré ses impressions dans les colonnes de Foot Mag, le bimestriel officiel de la FFF. L'ancien entraîneur de l'OM se veut pragmatique et attend de voir les performances de ses protégés contre la Mannschaft, puis la Géorgie, le 6 mars prochain en éliminatoires de la Coupe du monde 2014, avant de penser à l'Espagne que les Bleus retrouveront le 26 mars pour le match retour dans le groupe I (1-1 à Madrid le 16 octobre dernier). "Je prends les événements chronologiquement. Le 6 février, nous avons d'abord un match de prestige contre l'Allemagne. Il va nous permettre de reprendre contact près de trois mois après notre dernier rassemblement, et de préparer la venue de la Géorgie (22 mars), qui précédera l'Espagne. Si l'on veut se présenter dans les meilleures conditions face aux Espagnols, battre les Géorgiens sera impératif. Le dire peut paraître une banalité, mais cette équipe a accroché l'Espagne. Pour moi, ce match-là est le plus important", a-t-il répondu, avant d'évoquer tout de même la finale annoncée entre les Tricolores et la Furia Roja au Stade de France. "Aujourd'hui, rater la qualification directe serait presque une déception... On nous voit même déjà qualifiés... Ceci dit, lorsque je parlais de première place, à l'époque, ça n'était pas de la "communication". C'était bien l'objectif car la possibilité existait. Après, on passe vite d'un extrême à l'autre. Le nul obtenu à Madrid ne fait pas de la France la meilleure équipe du monde, comme la défaite face aux Japonais n'en faisait pas la plus mauvaise", a-t-il enfin confié.

Réagissez