Publié par L.D. le 9 mai 2014 à 18h00

Paris, un modèle en danger

Business

Comment le PSG va-t-il pouvoir se renforcer ? Une question à laquelle vont devoir réfléchir les dirigeants. (Reuters)

Paris, un modèle en danger

Si le PSG veut continuer sa progression à l’échelle européenne, le double champion de France en titre va de nouveau devoir investir cet été. Mais sera surveillé de près par l’UEFA.

Il y a des lendemains de fête difficiles. Zlatan Ibrahimovic se plaignait jeudi de devoir assurer le service après-vente lors d’une opération marketing orchestrée par son équipementier. Ses dirigeants ont d’autres préoccupations après la conquête de ce nouveau titre de champion de France. Les rêves de grandeur du PSG sont en effet contrariés par les nouvelles exigences de l’UEFA, bien décidée à endiguer le déficit chronique des clubs professionnels.

La chambre d’instruction de l’instance de contrôle financier des clubs (ICFC) de l’UEFA a ainsi épinglé le club de la capitale et dévalué de moitié le contrat d’image passé par l’Autorité du tourisme du Qatar (QTA, Qatar Tourism Authority) pour le ramener à quelque 100 millions, jugeant la facture artificielle. Résultat, les comptes parisiens sont au rouge selon les règles comptables de l’ICFC, laquelle a déjà pris des sanctions à l’encontre du PSG : amende de 20 millions d’euros sur trois ans, encadrement de sa masse salariale (qui ne pourra pas dépasser 231 millions d’euros), contrôle des transferts (un seul joueur pour un maximum de 60 millions d’euros si aucun départ), limitation de son effectif à 21 joueurs en Ligue des champions (dont huit formés en France).

Ces sanctions, acceptées par le PSG et bientôt officialisées par l’UEFA, vont obliger le PSG à se serrer la ceinture. Si les rentrées d’argent liées à la réévaluation de ses contrats de sponsoring (Nike, Emirates) et à la hausse de la billetterie VIP devraient lui permettre de continuer ses investissements structurels (rénovation du Parc, nouveau centre de formation), le club de la capitale ne pourra pas se montrer aussi goulu que ces dernières années sur le marché des transferts. Ce qui peut être un frein à ses ambitions européennes.

"On va essayer d’améliorer l’équipe la saison prochaine, promet toutefois Laurent Blanc, reconduit jeudi dans ses fonctions d’entraîneur. On va attendre les sanctions du fair-play financier, mais je pense que ça permettra quand même d’améliorer l’équipe, qui vit ensemble depuis deux ans et demi et commence à bien se connaître. Il faudra bien cibler les secteurs, les zones, et malgré les contraintes je pense qu’on y arrivera. J’en suis réellement convaincu. On a beaucoup de moyens économiques, et la solution – même sans le fair-play – c’est d’améliorer en qualité. On n’a pas besoin de sept joueurs, il faut bien cibler et analyser." Bref, regarder à deux fois avant de sortir le chéquier…

Plus d'articles

Réagissez

En temps réel

RSS

En direct

Match amical