Publié par Axel Capron le 19 novembre 2014 à 10h57

Deschamps: "Les résultats sont là"

Equipe de France masculine

Deschamps en conférence de presse. (Reuters)

Deschamps: "Les résultats sont là"

C’est donc sur une victoire, certes étriquée, face à la Suède que s’est conclue l’année des Bleus mardi au Vélodrome. De quoi satisfaire Didier Deschamps, heureux, que malgré les changements d’hommes et de systèmes, ses joueurs aient mis un point d’honneur à bien s’imposer et donc terminer 2014 sur un bilan largement positif.

Est-ce un symbole de voir Varane marquer le dernier but de l’année ?
Vous allez en voir un, mais bien au-delà du fait qu’il ait été capitaine, il a eu un très bon jeu de tête offensif. C’est bien qu’il ait pu débloquer la situation car on a poussé, on a eu beaucoup de situations et d’occasions, mais on n’a pas suffisamment cadré nos tentatives face à une équipe bien regroupée. On a poussé jusqu’au bout et c’est très positif de finir l’année 2014 sur une victoire.

Toute la journée a été dominée par les affaires touchant le football français, ici à Marseille notamment, le groupe a-t-il été perturbé ?
L’actualité est ce qu’elle a été… Mais l’ensemble du groupe était focalisé sur ce match, on voulait faire en sorte de rendre une bonne copie. On a fait beaucoup de bonnes choses, mais on a manqué de précision dans les 25 derniers mètres car il y avait beaucoup de densité. Le plus important quand on est joueur et dans le staff de l’équipe de France, c’était ce match.

Qu’avez-vous pensé des sifflets pour Lucas Digne ?
Ce n’est jamais quelque chose d’agréable pour quelque joueur que ce soit. C’est un jeune joueur, ce n’était pas évident pour lui, j’aurais préféré que cela se passe différemment, mais ça va le servir, l’endurcir. Jusque-là, ça se passait bien, le public était enthousiaste, il a poussé, j’aurais préféré que cela continue jusqu’au bout.

Après vos derniers matches, l’un des objectifs de l’année 2015 ne sera-t-il pas de travailler la précision des centres ?
Il faudra que je revoie le match, mais à chaud, je trouve qu’aujourd’hui, on a mis beaucoup de qualité dans les centres face à une très bonne défense suédoise dans le jeu aérien. On peut toujours faire mieux, mais il faut aussi plus de présence, plus couper les trajectoires, mieux anticiper pour passer devant les défenseurs.

Qu’avez-vous pensé de la prestation des trois Olympiens ?
J’ai eu des choix à faire, il semblait logique que les joueurs qui jouent dans ce stade puissent commencer. Ils se sont inscrits dans le collectif : Steve a confirmé ses deux très bonnes prestations du mois dernier, il a eu peu d’arrêts à faire mais a été concentré. Dédé a mis beaucoup de générosité dans ce qu’il a fait, il a eu quelques situations, ce n’était pas facile car il y avait beaucoup de densité, mais il a plein de jus et ça se voit ; Dimitri a joué dans le registre dans lequel il évolue à Marseille, il a fait de très bonnes choses, mais avec un peu plus d’application, il aurait pu réussir certaines passes qui paraissaient faciles. C’était en tout cas bien de les revoir et pour eux, c’était très bien sur le plan émotionnel d’avoir pu jouer au Stade Vélodrome.

"Si je devais choisir un match, le Honduras"

Etes-vous satisfait par rapport à ce que vous étiez venu chercher sur ces deux derniers matches de l’année ?
Oui, même si l’objectif était de gagner les deux, mais on a eu des oppositions différentes. L’Albanie a été surprenante, très défensive, mais nous avons eu plus de difficultés à trouver des solutions contre elle. Aujourd’hui, on a mis plus de mouvements et de vitesse ; après, les choix de système empêchent les joueurs d’avoir des repères, mais le groupe continue à grandir tout en gardant l’objectif à chaque fois d’aller chercher le résultat et, en terme de contenu, de faire de très bonnes choses.

Quel bilan dressez-vous de l’année 2014 ?
Il y a eu différentes périodes, au final, on a joué 15 matches, pour 10 victoires, 4 nuls et une seule défaite contre le champion du monde. Lors de la Coupe du monde, les joueurs ont pris beaucoup de confiance, on a senti que l’esprit de groupe était là, puis nous sommes repartis en septembre avec les mêmes intentions face à des adversaires prestigieux. J’ai été amené à faire des changements d’un match à l’autre pour mettre des joueurs en situation de commencer dans des systèmes différents, ça va à l’encontre du court terme et des automatismes, mais les résultats sont là, et par rapport à l’objectif qui est l’Euro 2016, c’est un passage obligatoire pour ce groupe.

Si vous deviez isoler un match ou un moment sur 2014, quel serait-il ?
C’est difficile d’en isoler un, je dirais plus la période de la Coupe du monde, avec les meilleures équipes, et beaucoup de joueurs chez nous qui, pour la première fois, allaient jouer une grande compétition. A travers ces matches, le groupe a pris conscience qu’il avait de la qualité et qu’il était capable de faire de grandes choses ensemble. Après, si je devais choisir un match, ce serait le premier contre le Honduras qui nous a lancés et nous a permis d’enchaîner.

Le prochain rendez-vous des Bleus est en mars, vous allez rentrer en hibernation ?
Non, les joueurs ont des matches dès ce week-end, on va continuer à les suivre chaque week-end, même le prochain, ça fait aussi partie de notre travail. Après, c’est vrai que c’est la plus grosse coupure, quatre mois, c’est long, mais j’ai d’autres activités aussi à la Fédération, et le temps passe vite.

Plus d'articles

Réagissez

En direct

Match amical

Bruits de vestiaire