Publié par Alban Lagoutte le 15 octobre 2014 à 11h19

Les Bleus ne se relâchent pas

Equipe de France masculine

Loïc Rémy, buteur en Arménie. (Reuters)

Les Bleus ne se relâchent pas

L’équipe de France new look concoctée par Didier Deschamps mardi à Erevan a confirmé la dynamique de victoires. Les Bleus l’ont emporté (0-3) face à l’Arménie en match amical, Loïc Rémy, André-Pierre Gignac et Antoine Griezmann jouant les artificiers tricolores.

Le sélectionneur national avait prévenu: cette rencontre amicale programmée en Arménie allait permettre de donner du temps de jeu à ceux qui en ont manqué ces derniers mois, que ce soit en équipe de France ou en club. Les hommes sollicités par Didier Deschamps ont répondu présent puisque la victoire a été au rendez-vous à Erevan (0-3).

Durant les premières minutes, les huit changements opérés par le successeur de Laurent Blanc sont pourtant palpables sur le pré puisque le bloc semble manquer de cohésion et de liant. Pour preuve, les trois premières fautes de la partie sont à mettre à l’actif des Bleus, avec un carton jaune rapide adressé à Moussa Sissoko (4e). Le Magpie de Newcastle titularisé à droite au côté de Dimitri Payet, Loïc Rémy et André-Pierre Gignac se montrera par la suite plus actif et puissant face à des Arméniens eux aussi privés de nombreux titulaires. Mais c’est le buteur de l’OM qui est le premier à se mettre en action. Excentré sur la droite, l’ancien Lorientais adresse un bon centre vers Loïc Rémy, qui ouvre la marque (0-1, 7e).

Mandanda, deux parades décisives

Derrière, quelques relâchements coupables obligent Steve Mandanda, déjà décisif face au Portugal samedi dernier au Stade de France, à sortir deux belles parades (10e et 18e). Jérémy Mathieu, associé à Raphaël Varane, et Lucas Digne sur la gauche, tirent un peu la langue. Mais progressivement, les Bleus prennent l’ascendant et insistent encore un peu plus sur le plan physique durant le second acte. L’entrée de Paul Pogba après la pause amène le second but des Bleus. Après avoir perdu ses deux premiers ballons du match, le Turinois sème la panique dans la défense adverse et obtient un penalty qu’André-Pierre Gignac transforme tranquillement (0-2, 56e).

Le moral arménien est touché et les jambes ne suivent plus. Didier Deschamps en profite pour effectuer quelques changements, Antoine Griezmann, Rémy Cabella et Mathieu Valbuena entrant successivement en jeu. Gignac se charge d’enfoncer le clou en signant une nouvelle passe décisive pour le Colchonero, qui efface tranquillement le gardien quadragénaire, Roman Berezovski, pour alourdir le score (0-3, 84e).

La fin de match ne sera qu’une gestion placide de la partie pour les quarts de finalistes du dernier Mondial, qui ont réussi à conserver leur cage inviolée à Erevan. Désormais, rendez-vous est pris pour les 14 et 18 novembre prochains pour les réceptions de l’Albanie puis de la Suède, à Rennes et à Marseille. Les coiffeurs du jour sauront sans doute à cette période s’ils ont réussi ou non à marquer des points aux yeux du sélectionneur en Arménie…

Plus d'articles

Réagissez

Bruits de vestiaire