Publié par Balcaen Michael le 5 novembre 2013 à 11h23

Messi a un problème

Prolongation

Les temps sont troubles pour Leo Messi. (Reuters)

Messi a un problème

Leo Messi n'est pas en grande forme. Loin de ses standards habituels, le quadruple Ballon d'or semble dans une mauvaise passe. L'arrivée de Martino, celle de Neymar ou encore des soucis musculaires en sont les raisons.

Mais qu’arrive-t-il donc à Lionel Messi ? La question peut prêter à sourire dans le cas d’un joueur lambda. Quatre matches de championnat sans but n’a rien de dramatique. Sauf quand on est quadruple Ballon d’Or, qu’on a longtemps symbolisé l’insolente domination du Barça et qu’on a inscrit la bagatelle de 47, 53, 60 puis encore 60 buts lors des quatre dernières saisons. Cela faisait d’ailleurs 30 mois que cela ne lui était plus arrivé ! Plus que son mutisme devant le but, c’est son attitude qui prête à débat de l’autre côté des Pyrénées. Quand il marque ou se montre décisif, le socio blaugrana est bien plus enclin à oublier son absence de travail défensif ou les nombreuses fois où il marche. Quand il ne crée plus du tout le danger comme lors du dernier derby catalan contre l’Espanyol vendredi dernier (1-0), il grince un peu des dents. Le vestiaire barcelonais en est bien conscient. La presse catalane révèle d’ailleurs que les tauliers du groupe blaugrana (Puyol, Xavi, Iniesta et Valdes) ont demandé la tenue d’une réunion pour évoquer le sujet.

En filigrane, c’est l’utilisation de Messi au sein du dispositif de Tata Martino qui pose question. Les chiffres, analysés par El Mundo Deportivo dans son édition de lundi, sont éloquents : Messi touche nettement moins de ballon qu’avant (entre 50 et 65 sur les derniers matches contre 90 en moyenne ces dernières saisons). L’entraîneur argentin tente d’instaurer un jeu plus vertical, plus varié et la "Puce" semble en pâtir. L’apport de Neymar sur l’aile gauche tend aussi à renforcer ce côté, nettement moins utilisé ces dernières saisons que le droit, fort des montées incessantes d’Alves, joueur avec qui Messi a toujours adoré combiner.

L’aile ou la cuisse ?

En quête de solutions pour rassurer sa pépite, Martino n’a pas hésité à déroger au sacro-saint système en 4-3-3 avec son numéro 10 placé en pointe en position de faux numéro 9. Contre Madrid, dans le Clasico remporté par le Barça (2-1), il a souvent joué plus bas, presque devant Xavi. Sans grand succès. Contre Milan en Ligue des champions (1-1), il a fini la rencontre à droite après l’entrée de Fabregas. Il n'y a que contre Vigo (3-0) qu’il a joué son match le plus convaincant malgré, là encore, un nombre de ballons touchés en deçà de ses standards. Et il était cette fois dans l’axe. A droite, une position à laquelle Martino songerait, lui qui ne serait pas contre l'arrivée d'un avant-centre, Messi pèse moins, a du mal à peser et faire la différence. Il lui faut aussi fournir beaucoup plus d'effort pour se rapprocher du but, son aimant habituel.

Mais la cause numéro une de cette petite crise reste sans doute sa condition physique. Après un dernier exercice terminé dans la douleur avec plusieurs blessures musculaires au printemps, Messi semble se gérer en vue des grandes échéances de fin de saison, Coupe du monde 2014 incluse. La star barcelonaise a en plus rechuté à plusieurs reprises. Lors de la tournée asiatique de pré-saison, ce sont les quadriceps de la cuisse gauche qui ont sifflé, les mêmes qui l’ont de nouveau fait souffrir lors de la Supercoupe d’Espagne contre l’Atletico Madrid. Puis  aux ischio-jambiers de la jambe droite le 28 septembre dernier lors de la rencontre de Liga contre Almeria. Cette dernière embûche l’a éloigné des terrains durant plus de deux semaines. S’il s’est voulu rassurant sur la relative mauvaise passe de son fils ("Relax, il va revenir", a-t-il assuré à la radio Cadena Ser), le père de la star a confirmé que Messi pouvait jouer avec le frein à main : "Les blessures ont affecté Leo. Il a vraiment besoin d’éviter une rechute". Mais "La Puce" le sait : un seul but, a fortiori en Ligue des champions mercredi, et sa petite crise ne sera plus qu’un mauvais souvenir… L’AC Milan est prévenu, il a encaissé le dernier but de Messi le 22 octobre dernier.

Plus d'articles

Réagissez

En direct

Match amical Ligue 1