Publié par Sarkissian Alexandre le 13 février 2014 à 08h30

Que deviens-tu Pierre Laigle ?

Prolongation

Pierre Laigle avec l'OL en novembre 2000 lors d'un match de Ligue des champions. (Reuters)

Que deviens-tu Pierre Laigle ?

Buteur décisif lors du premier titre de l’OL en 2002, privé in extremis de la Coupe du monde 1998 ou pensionnaire respecté de la Serie A, Pierre Laigle a tourné la page football il y a une dizaine d’années pour s’occuper de terrains constructibles.

Quoi faire ? Quand on n’est pas attiré par le métier d’entraîneur, comme ce fut le cas de Pierre Laigle à la fin de sa carrière, la reconversion peut se transformer en casse-tête. "C’était une période pas facile, une grosse incertitude, confie l’ancien milieu de terrain. Il était hors de question de rester dans le foot mais quand j’ai arrêté en pro en 2004, je ne voulais pas arrêter du jour au lendemain." Champion de France avec l’OL en 2002, l’année de son départ pour Montpellier, Laigle rejoint Saint-Priest en 2005. Avec ce club de CFA, il joue jusqu’en 2007 avant de raccrocher définitivement et s’installer dans la région.

Ces deux années lui permettent de construire sa future nouvelle vie, comme marchand de biens. "Je vends des parcelles de terrains constructibles. La concurrence est grande dans la région lyonnaise mais j’aime bien ce métier." Et le fait d’être connu ? "C’est sûr, ça peut aider dans la transaction mais il y a le revers de la médaille car on pense que tous les footballeurs ont beaucoup d’argent. Les prix peuvent vite grimper…" Ces aléas du métier n’enlèvent rien au bonheur de celui qui a fréquenté avec succès la Serie A sous le maillot de la Sampdoria (1996-1999 - 90 matches pour 10 buts).

"Je fais ce que je veux quand je veux, je m’organise en toute liberté pour mon travail. Je profite mieux de mon temps et de ma famille." L’occasion de se remémorer les bons souvenirs comme son but décisif contre Lens (3-1) pour l’obtention du titre 2002, le premier du règne lyonnais. Le plus mauvais restera sa période avec les Bleus et sa participation à la bande des 6 bannis d’Aimé Jacquet avant la Coupe du monde 1998 (Letizi, Anelka, Djetou, Ba et Lamouchi): "Je n’ai pas envie de revenir là-dessus. Je croise encore Jacquet car je fais partie de France 98 mais on n’en parle pas…"

Plus d'articles

Réagissez

En temps réel

RSS